From didier at dfr.ch Fri Apr 22 12:29:40 2005 From: didier at dfr.ch (Didier Frick) Date: Fri, 22 Apr 2005 12:29:40 +0200 Subject: [linux-neuchatel] A propos de l'informatique a l'ecole Message-ID: <1114165781.29160.6.camel@argon> De quoi réfléchir... http://www.channelregister.co.uk/2005/03/21/how_dumb_kids/ From paroz at email.ch Fri Apr 22 21:27:08 2005 From: paroz at email.ch (Claude Paroz) Date: Fri, 22 Apr 2005 21:27:08 +0200 Subject: [linux-neuchatel] A propos de l'informatique a l'ecole In-Reply-To: <1114165781.29160.6.camel@argon> References: <1114165781.29160.6.camel@argon> Message-ID: <1114198028.8063.14.camel@paroz> Le vendredi 22 avril 2005 à 12:29 +0200, Didier Frick a écrit : > De quoi réfléchir... > http://www.channelregister.co.uk/2005/03/21/how_dumb_kids/ > J'avais effectivement déjà entendu parler de ce courant de pensée. Je trouve cela positif car cela remet en cause notre utilisation de l'informatique avec les enfants. Il est toujours sain de se remettre en question. Ensuite, il faut relativiser :) "The negative correlation, the researchers explain, is because children with computers neglect their homework more." J'imagine qu'on pourrait faire le même constat avec d'autres éléments, par exemple : "Les élèves qui ont un animal à la maison ont de moins bons résultats, parce qu'ils passent plus de temps avec l'animal qu'à faire les devoirs" (exemple complètement bidon, à ne pas prendre au sérieux !!). Si c'était vrai, l'animal n'y pourrait rien, c'est d'abord un problème éducatif. Là où l'article met le doigt sur un vrai problème, c'est que ce n'est pas en mettant des ordinateurs dans les classes que le niveau va subitement augmenter. La manière de l'intégrer dans la classe est primordiale, et là ce n'est pas encore gagné... Je pense aussi qu'un ordinateur mal utilisé peut être pire que de ne pas avoir d'ordinateur du tout. Cela met en évidence l'importance capitale de la formation des enseignant-e-s qui doit accompagner tout changement dans le fonctionnement de l'école (informatique ou autre). On voit des phénomènes semblables avec l'introduction de certaines nouvelles méthodes (français, maths, etc.). D'autre part, la fin de l'article enfonce des portes ouvertes. La distinction entre une donnée, une information et un savoir acquis fait partie des choses qui deviennent de plus en plus évidentes, je l'espère. L'exposition simple à l'information ne rend évidemment personne plus intelligent. D'où l'importance de l'enseignant-e qui ne pourra JAMAIS être remplacé par une machine. Cordialement. Claude From Philippe.Peter at rpn.ch Fri Apr 22 23:54:29 2005 From: Philippe.Peter at rpn.ch (=?iso-8859-1?Q?P=E9ter_Philippe?=) Date: Fri, 22 Apr 2005 23:54:29 +0200 Subject: [linux-neuchatel] =?iso-8859-1?Q?RE_=3A_=5Blinux-neuchatel=5D_A_propos_de_l=27informati?= =?iso-8859-1?Q?que_=E0_l=27=E9cole?= Message-ID: WARNING: this mail was modified in transit: defanged (renamed/protected) winmail.dat because file type unknown. Rename defang-0.binary to winmail.dat if you want to access the file anyway More details at: http://www.alphanet.ch/alphanet/anti-spam.html Merci M. Paroz pour ce message réconfortant. Effectivement, au même titre que le rétroprojecteur, puis la vidéo, le poste multimédia ou l'ordinateur de manière générale n'est, selon mon point de vue, qu'un outil supplémentaire qu'on aurait sans doute tort de ne pas utiliser dans l'enseignement, mais qu'il ne faut pas non plus "déifier". L'enseignement reste - et restera, souhaitons-le - un travail fait avant tout de relations humaines, dont l'importance est à coup sûr bien supérieure, y compris dans le développement cognitif, que n'importe quelle technologie. Cela dit, je suis d'accord : autant bien apprendre à utiliser l'outil. Ne serait-ce que pour communiquer d'égal à égal avec nos élèves. Pédagogiquement, Philippe Péter (Lycée Jean-Piaget) -------- Message d'origine-------- De: Claude Paroz [mailto:paroz at email.ch] Date: ven. 4/22/2005 9:27 À: linux-neuchatel at lists.alphanet.ch Cc: Objet: Re: [linux-neuchatel] A propos de l'informatique a l'ecole Le vendredi 22 avril 2005 à 12:29 +0200, Didier Frick a écrit : > De quoi réfléchir... > http://www.channelregister.co.uk/2005/03/21/how_dumb_kids/ > J'avais effectivement déjà entendu parler de ce courant de pensée. Je trouve cela positif car cela remet en cause notre utilisation de l'informatique avec les enfants. Il est toujours sain de se remettre en question. Ensuite, il faut relativiser :) "The negative correlation, the researchers explain, is because children with computers neglect their homework more." J'imagine qu'on pourrait faire le même constat avec d'autres éléments, par exemple : "Les élèves qui ont un animal à la maison ont de moins bons résultats, parce qu'ils passent plus de temps avec l'animal qu'à faire les devoirs" (exemple complètement bidon, à ne pas prendre au sérieux !!). Si c'était vrai, l'animal n'y pourrait rien, c'est d'abord un problème éducatif. Là où l'article met le doigt sur un vrai problème, c'est que ce n'est pas en mettant des ordinateurs dans les classes que le niveau va subitement augmenter. La manière de l'intégrer dans la classe est primordiale, et là ce n'est pas encore gagné... Je pense aussi qu'un ordinateur mal utilisé peut être pire que de ne pas avoir d'ordinateur du tout. Cela met en évidence l'importance capitale de la formation des enseignant-e-s qui doit accompagner tout changement dans le fonctionnement de l'école (informatique ou autre). On voit des phénomènes semblables avec l'introduction de certaines nouvelles méthodes (français, maths, etc.). D'autre part, la fin de l'article enfonce des portes ouvertes. La distinction entre une donnée, une information et un savoir acquis fait partie des choses qui deviennent de plus en plus évidentes, je l'espère. L'exposition simple à l'information ne rend évidemment personne plus intelligent. D'où l'importance de l'enseignant-e qui ne pourra JAMAIS être remplacé par une machine. Cordialement. Claude _______________________________________________ linux-neuchatel mailing list linux-neuchatel at lists.alphanet.ch http://lists.alphanet.ch/mailman/listinfo/linux-neuchatel From didier at dfr.ch Sat Apr 23 00:09:05 2005 From: didier at dfr.ch (Didier Frick) Date: Sat, 23 Apr 2005 00:09:05 +0200 Subject: [linux-neuchatel] A propos de l'informatique a l'ecole In-Reply-To: <1114198028.8063.14.camel@paroz> References: <1114165781.29160.6.camel@argon> <1114198028.8063.14.camel@paroz> Message-ID: <1114207746.3892.5.camel@argon> Le vendredi 22 avril 2005 à 21:27 +0200, Claude Paroz a écrit : > .... > J'imagine qu'on pourrait faire le même constat avec d'autres éléments, > par exemple : "Les élèves qui ont un animal à la maison ont de moins > bons résultats, parce qu'ils passent plus de temps avec l'animal qu'à > faire les devoirs" (exemple complètement bidon, à ne pas prendre au > sérieux !!). Si c'était vrai, l'animal n'y pourrait rien, c'est d'abord > un problème éducatif. Sauf que personne n'a jamais essayé de vendre un animal à des parents (ou a l'état) soi-disant pour "améliorer" les performances scolaires de leur(s) rejeton(s) ou élève(s)... quoique ? A part ça on est assez d'accord. From linux at cvgg.org Sat Apr 23 03:26:01 2005 From: linux at cvgg.org (Guyot) Date: Sat, 23 Apr 2005 03:26:01 +0200 Subject: [linux-neuchatel] A propos de l'informatique a l'ecole In-Reply-To: <1114207746.3892.5.camel@argon> References: <1114165781.29160.6.camel@argon> <1114198028.8063.14.camel@paroz> <1114207746.3892.5.camel@argon> Message-ID: <200504230326.01543.linux@cvgg.org> Le Samedi, 23 Avril 2005 00.09, Didier Frick a écrit : > Le vendredi 22 avril 2005 à 21:27 +0200, Claude Paroz a écrit : > > .... > > > > J'imagine qu'on pourrait faire le même constat avec d'autres éléments, > > par exemple : "Les élèves qui ont un animal à la maison ont de moins > > bons résultats, parce qu'ils passent plus de temps avec l'animal qu'à > > faire les devoirs" (exemple complètement bidon, à ne pas prendre au > > sérieux !!). Si c'était vrai, l'animal n'y pourrait rien, c'est d'abord > > un problème éducatif. > > Sauf que personne n'a jamais essayé de vendre un animal à des parents > (ou a l'état) soi-disant pour "améliorer" les performances scolaires de > leur(s) rejeton(s) ou élève(s)... quoique ? > > A part ça on est assez d'accord. Quand on sait les sommes faramineuses dépensées pour équiper les écoles et cela très souvent sans concertation avec les enseignants, on doit se poser la question de l'utilité, pour ne pas dire du bénéfice, de l'informatique à l'école. Mais qui se l'est posée avant de mettre des ordis dans les classes. Et encore aujourd'hui, qui peut démontrer les réels bénéfices d'un ordinateur dans une classe ? En tant qu'outil, il doit être choisi pour son caractère pédagogique par l'enseignant lui-même pour qu'il ait une chance d'être efficace et il doit répondre à un besoin. Or, les autorités politiques mènent au pas de charge une informatisation qui ne correspond pour beaucoup à aucun besoin. En ce sens je suis d'accord avec le texte qui dit : "an alliance of convenience between technology vendors, who want to stuff more unwanted computers into classrooms, lazy governments, for whom IT is a way of appearing "modern" while cutting education budgets" Rappelons que dans ce canton on a récemment encore voté de jolis crédits pour l'informatique alors que dans le même temps on nous demandait de réduire nos budjets de matériel (et cela alors même que les difficultés financières du canton sont ce qu'elles sont) par exemple. Une petite expérience par ailleurs : depuis l'été passé je ne fais plus du tout d'informatique à l'école. Dans un domaine, la physique, où il peut sembler que l'informatique soit importante, comme je l'ai longtemps pensé, cela a été pour moi une décision difficile à prendre et qui fut quelque peu dictée par les évènements. Quoi qu'il en soit, je dois avouer que je m'en porte en réalité beaucoup mieux et les élèves aussi qui ont plus de temps à consacrer à la physique. Quant à moi, je prends moins de temps pour préparer, pour réparer, je n'ai plus de réclamation pour les fichiers perdus, plus de connaissances à acquérir pour ce qui n'est pas mon métier ... je redécouvre ce que beaucoup de collègues n'ont jamais cessé de comprendre : moins on en fait, mieux on se porte. Et tant pis pour la nouvelle maturité qui voyait l'informatique au coeur des disciplines, sans bourse délier. Bien entendu, ce n'est pas cela qui va faire progresser l'informatique, réduire la fracture numérique, ni même la facture numérique puisque de toute façon les ordi. on nous les a mis. Mais qu'importe, je comprends beaucoup mieux maintenant les collègues sceptiques parce que la comparaison des résultats des élèves avec ou sans info, n'est pas à l'avantage de l'info. Or, c'est précisément ce que dit le texte, et aujourd'hui cela ne m'étonne pas (même si les tests pisa sont tout relatifs). Tout cela montre que ce n'est pas la formation des enseignants qui est en cause, mais bien l'utilité de l'informatique à l'école. Former des enseignants, qui plus est parfois de manière obligatoire, à l'informatique ne créera jamais le besoin. Au contraire, cela les en éloignera. Comme, par exemple, implanter des ordis dans des classes ou le manque de place pose des problèmes pour dessiner, comme proposer des logiciels et de la formation sur ces logiciels inutiles parce que cela se fait dans l'administration, etc. Je pense qu'un ordi (ou un système d'exploitation) imposé à la place d'un autre besoin bien plus réel peut être pire que pas d'ordi du tout. L'informatisation est coûteuse et pas mal d'enseignants commencent à se rendre compte qu'elle leur coûte plus qu'elle ne leur rapporte en temps mais aussi en crédit pour d'autres investissements sans pour autant qu'elle ne soit d'une grande efficacité pédagogique. A+ -- Vincent Guyot Enseignant (physique) Lycée Blaise Cendrars linux at cvgg.org